aucun commentaire pour l'instant

150 jeunes aux JMJ sur la terrede saint Jean-Paul II en 2016 !

 

Comment raconter les JMJ en quelques lignes, il y aura forcément des oublis mais il faut tout de même dire quelque chose de cette expérience extraordinaire. Avant tout, la première action de grâce s’élève en pensant à Karolina, au Père Czesław, à Magda, Luka,… à tous nos hôtes polonais qui nous ont reçus d’une façon absolument incroyable. L’accueil polonais ce n’est pas qu’un petit sourire, un coin de chambre et un casse-croûte rapide. Ce sont des chambres et des lits laissés à notre

disposition, des ballets de voitures à deux heures du matin pour aller chercher les pélerins à la gare, des heures de cuisine pour nous offrir des repas fabuleux … et… pour compléter le tout, des cadeaux de départ quand on ne trouve déjà pas les mots pour les remercier. Inutile de dire que quelques larmes ont coulé lorsque nous avons quitté ces familles après la première semaine…

Les JMJ, ce sont aussi des jeunes qui arrivent d’un peu partout, qui connaissent deux trois autres personnes, cinq-six pour les plus chanceux, des scouts, des jeunes du Moulin, d’EVEN, le petit-fils de madame Machin qui ne connaît personne, les cousins du coloc de la voisine, un couple de jeunes mariés… Et tout ce monde apprend à se connaître, à prier ensemble, à s’entraider, à partager sur des sujets très personnels, à se prêter un pull ou un poncho, à se confier… Bref, c’est un groupe qui se constitue, qui devient un corps solidaire et qui ne veut plus se séparer à la fin.

De façon plus anecdotique, mais indispensable pour que ce soient de vraies JMJ, c’est aussi une véritable aventure : 27 ou 29 heures de car à l’aller et à peine moins au retour, des saucisses matin, midi et soir, des heures à attendre, des trains bondés dans une gare sous-dimensionnée, des visites improbables de fromagerie, une langue « ćwiczenie »… absolument imprononçable et quelques kilomètres à pied.

Mais les JMJ, ce sont surtout des questions qui se posent, des prises de conscience, des cœurs qui s’ouvrent, une vision de Dieu et de la foi renouvelée…  La grâce de Dieu qui agit ! Joie suprême du prêtre, spectateur confidentiel de quelques-unes de ces perles, Dieu est véritablement à l’œuvre.

Alors forcément, quand les JMJ sont terminées et que l’on se retrouve seul chez soi, dans son canapé, il y a un peu de vague à l’âme !

  1. Arnaud Mougin

Poster un commentaire